BEGIN:VCALENDAR PRODID:-//Feedo Feed//NONSGML v1.0//EN VERSION:2.0 CALSCALE:GREGORIAN METHOD:PUBLISH X-WR-CALNAME:La lutte traditionnelle pour la paix et le developpement au Tchad X-WR-CALDESC:\nHISTORIQUE\nDE LA LUTTE TRADITIONNELLE AU TCHAD\n\nLa\nlutte traditionnelle est une expression culturelle majeure au Tchad. Les\ncombats de lutte parfois ritualisés ont pour but d’effrayer les divinités d’une\npart et d’autre part pour une démonstration de courage et un moyen d’éducation.\nDans la tradition tchadienne on ne lutte pas pour tuer son adversaire, mais\npour se mesurer et s’approprier. \n\nLe\ncorps à corps ne laisse en effet aucune place à la tricherie, à la lâcheté ou à\nla fuite. Autrement dit l’individu doit s’approprier son corps comme un outil\nsur lequel il s’appuiera sans cesse pour développer sa personnalité, nu ou peu\ncouvert sans autre arme que son propre \ncorps et son intelligence ; il s’agit de trouver une solution au\nproblème que se pose l’adversaire dans le respect des règles et sous le regard\nde la communauté.       \n\nIl\nest impossible de citer toutes les luttes particulières de chaque tribu, de\nchaque communauté tchadienne, chacune a développé son propre système et ses\npropres règles. Bien quelle soit une activité de combat, la lutte s’inscrit\ndans la tradition tchadienne comme un système \nd’éducation et ne prend pas comme source la dimension martiale avec\nobjectif d’apprendre à se battre pour préparer l’affrontement  guerrier\n\nJadis,\ndans certaines communautés telle que les Mìgáàmì dans la région du Guéra, les\nTorrom dans la région du Salamat ; les jolies filles du village ou de la\nrégion sont toujours  gagnées par le\nlutteur vainqueur. Ces différentes pratiques culturelles ont commencé par\ns’étioler avec la pénétration des \nreligions (musulmane et chrétienne). Elles sont devenues inexistantes\ndans la plus grande partie desdites \nrégions.\n\nLa\nfédération Tchadienne de lutte créée depuis le 6 avril 1991 par suite d’une\nassemblée générale a pour mission première de veiller à la promotion de la\nlutte au Tchad. Conformément au règlement de la Fédération Internationale de la\nLutte Associée (FILA). C’est ainsi que cinq (05) régions du Tchad furent\nciblées par ladite fédération. Il s’agit de : Moyen-Chari, Lac-Tchad,\nChari-Baguirmi, Salamat et Mayo-Kebbi. Certaines communautés de ces régions\nprécitées ont pu préserver la pratique de la lutte traditionnelle. Elles\norganisent des rituelles de lutte traditionnelle une fois par an période durant\nlaquelle la région ou la communauté arrête ses activités pour célébrer les\nlutteurs. C’est dans cette optique que la Fédération Tchadienne les a ciblées\ncomme foyer de lutte traditionnelle. Elles constituent aujourd’hui  les sources de  détection \ndes talents en lutte traditionnelle. Le style de pratique diffère d’une\nrégion à une autre. Cette diversité \nconstitue une richesse formidable et mérite une attention particulière\npour la pratique de la lutte olympique au Tchad.\n\nC’est\nainsi que nous avons choisit la lutte pour représenter cette journée par ses règles\net son faire plays qui regroupera des lutteurs de différentes régions du Tchad\nafin de créer un brassage entre les fils de Toumai et cette journée coïncide\négalement avec le 23eme anniversaire de la Fédération Tchadienne de Lutte.\n\nL’événement  débutera le 31 MARS 2014 et aura la grande finale le 06 Avril\n2014 journée internationale du sport pour le développement et la paix.\n\n X-MS-OLK-FORCEINSPECTOROPEN:TRUE BEGIN:VEVENT DTSTAMP:20190216T092346Z DTSTART:20140331T070000Z DTEND:20140406T223000Z TRANSP:TRANSPARENT UID:872014-03-31 SUMMARY:La lutte traditionnelle pour la paix et le developpement au Tchad DESCRIPTION:\nHISTORIQUE\nDE LA LUTTE TRADITIONNELLE AU TCHAD\n\nLa\nlutte traditionnelle est une expression culturelle majeure au Tchad. Les\ncombats de lutte parfois ritualisés ont pour but d’effrayer les divinités d’une\npart et d’autre part pour une démonstration de courage et un moyen d’éducation.\nDans la tradition tchadienne on ne lutte pas pour tuer son adversaire, mais\npour se mesurer et s’approprier. \n\nLe\ncorps à corps ne laisse en effet aucune place à la tricherie, à la lâcheté ou à\nla fuite. Autrement dit l’individu doit s’approprier son corps comme un outil\nsur lequel il s’appuiera sans cesse pour développer sa personnalité, nu ou peu\ncouvert sans autre arme que son propre \ncorps et son intelligence ; il s’agit de trouver une solution au\nproblème que se pose l’adversaire dans le respect des règles et sous le regard\nde la communauté.       \n\nIl\nest impossible de citer toutes les luttes particulières de chaque tribu, de\nchaque communauté tchadienne, chacune a développé son propre système et ses\npropres règles. Bien quelle soit une activité de combat, la lutte s’inscrit\ndans la tradition tchadienne comme un système \nd’éducation et ne prend pas comme source la dimension martiale avec\nobjectif d’apprendre à se battre pour préparer l’affrontement  guerrier\n\nJadis,\ndans certaines communautés telle que les Mìgáàmì dans la région du Guéra, les\nTorrom dans la région du Salamat ; les jolies filles du village ou de la\nrégion sont toujours  gagnées par le\nlutteur vainqueur. Ces différentes pratiques culturelles ont commencé par\ns’étioler avec la pénétration des \nreligions (musulmane et chrétienne). Elles sont devenues inexistantes\ndans la plus grande partie desdites \nrégions.\n\nLa\nfédération Tchadienne de lutte créée depuis le 6 avril 1991 par suite d’une\nassemblée générale a pour mission première de veiller à la promotion de la\nlutte au Tchad. Conformément au règlement de la Fédération Internationale de la\nLutte Associée (FILA). C’est ainsi que cinq (05) régions du Tchad furent\nciblées par ladite fédération. Il s’agit de : Moyen-Chari, Lac-Tchad,\nChari-Baguirmi, Salamat et Mayo-Kebbi. Certaines communautés de ces régions\nprécitées ont pu préserver la pratique de la lutte traditionnelle. Elles\norganisent des rituelles de lutte traditionnelle une fois par an période durant\nlaquelle la région ou la communauté arrête ses activités pour célébrer les\nlutteurs. C’est dans cette optique que la Fédération Tchadienne les a ciblées\ncomme foyer de lutte traditionnelle. Elles constituent aujourd’hui  les sources de  détection \ndes talents en lutte traditionnelle. Le style de pratique diffère d’une\nrégion à une autre. Cette diversité \nconstitue une richesse formidable et mérite une attention particulière\npour la pratique de la lutte olympique au Tchad.\n\nC’est\nainsi que nous avons choisit la lutte pour représenter cette journée par ses règles\net son faire plays qui regroupera des lutteurs de différentes régions du Tchad\nafin de créer un brassage entre les fils de Toumai et cette journée coïncide\négalement avec le 23eme anniversaire de la Fédération Tchadienne de Lutte.\n\nL’événement  débutera le 31 MARS 2014 et aura la grande finale le 06 Avril\n2014 journée internationale du sport pour le développement et la paix.\n\n URL:http://april6.org/en/component/ohanah/la-lutte-pour-la-paix.html?Itemid= CATEGORIES:{langck=fr-FR}Rencontre sportive{/langck}{langck=en-GB}Sporting event{/langck}{langck=es-ES}Encuentro Deportivo{/langck} GEO:12.104797;15.044505999999956 LOCATION:STADE D'ABBENA END:VEVENT END:VCALENDAR